Quand utiliser le MAIS et le ET?

Pourquoi choisir le mot juste?

Les mots peuvent être générateurs d’ambiguïté, voir source d’erreur. Parfois, ils sèment même la bisbille

Comment les utiliser à bon escient? En les choisissant consciemment pour travailler efficacement et arrêter d’envoyer un mauvais message.

Je vous propose un voyage au cœur de deux mots, tout en finesse et en subtilité: le MAIS et le ET.

MAIS, ET…du pareil au même?

Veli-Matti Toivonen est un écrivain finlandais et un spécialiste des ressources humaines. Il a remarqué qu’on emploie souvent le MAIS et le ET comme s’ils étaient des synonymes. Dans sa thèse de doctorat, il apporte une nuance importante entre ces deux mots.

Je vous propose de lire les deux mêmes phrases écrites avec le MAIS et le ET.

  • Elle grimpe les échelons ET se heurte au plafond de verre
  • Elle grimpe les échelons, MAIS se heurte au plafond de verre
  • C’est un gestionnaire hors pair ET il est timide lors de ses sorties en public.
  • C’est un gestionnaire hors pair, MAIS il est timide lors de ses sorties en public.

Prenez quelques instants pour laisser monter sensations et impressions de ces phrases en vous. Alors…qu’est-ce que vous remarquez ?

À la première lecture, la différence semble anodine.  Lorsqu’on s’y attarde plus en détails, le MAIS et le ET n’ont pas le même poids, n’est-ce pas ?

Les dessous du MAIS et du ET

Ces connecteurs et marqueurs de relation structurent vos messages. Voici ce que révèle l’analyse du MAIS et du ET :

ET

  • Marque une inclusion
  • On se souvient autant de la première que de la deuxième partie de la phrase. Elles ont le même poids.

MAIS

  • Marque une opposition
  • On a tendance à oublier la première partie de la phrase (elle grimpe les échelons – c’est un gestionnaire hors pair). La deuxième partie de la phrase reste en tête (se heurte au plafond de verre – est timide lors de ses sorties en public).

Mais comment on s’en sert?

Je fais ici une pause pour préciser mon intention:

Il n’est absolument pas question de manipulation, mais d’influence.
Les gens sont intelligents
et qu’ils savent lorsqu’on tente de les manipuler.

[Aux lecteurs avertis…mise en application du concept expliqué plus haut 😊]

Mon intention étant claire, voici une idée pour employer stratégiquement le MAIS et le ET.

Pour annoncer une mauvaise nouvelle

Puisqu’avec le MAIS, on a tendance à « oublier » la première partie de la phrase, glissez-y votre mauvaise nouvelle suivie de votre bonne nouvelle.

Cela ressemble à:

Mauvaise nouvelle MAIS bonne nouvelle

Dans la section «bonne nouvelle», il s’agit bien sûr de proposer des arguments qui ont du sens autant pour votre interlocuteur que pour vous.

Sinon, c’est peine perdue. Vous augmentez vos chances de passer pour une personne mal intentionnée. ☹

Et ça ne fonctionne qu’à l’écrit?

Tout contexte de communication s’y prête : l’oral, l’écrit, le web, les réunions…partout !

Contexte d’une conversation entre un gestionnaire et un employé

  • Je ne peux pas augmenter votre salaire, MAIS je peux vous proposer une journée de plus en télétravail (ou…un deuxième écran d’ordinateur, etc.)

Contexte d’une conversation entre un vendeur et un client

  • Le prix n’est pas négociable, MAIS nous l’avons en stock (ou…vous repartez avec immédiatement, etc.)

Prêts à essayer le mot juste?

  • Qu’est-ce que vous en pensez ?
  • En avez-vous déjà fait l’expérience? Qu’est-ce que ça a donné?
  • À vous de l’essayer: dans quel contexte allez-vous le tester?

Post a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.