Comment trouver le ton juste pour votre article de blogue?

Lorsque vous partagez votre expertise en écrivant un article, vous ne voulez certainement pas passer pour quelqu’un de pompeux ou de fade. Afin d’éviter ce genre de situation, et avant de vous lancer, il vous faut trouver le ton juste. La toute première question à vous poser est: quelle est mon intention? Qu’est-ce que vous souhaitez: partager, informer, convaincre, éduquer, inspirer, etc.?

Une fois l’intention retenue, la posture d’écriture suivra. C’est elle qui donne le ton à votre plume.

Écrire, c’est communiquer

Selon Paul Watzlawick, lors de toute situation de communication, la posture peut être soit symétrique, soit complémentaire.

Communication symétrique

  • Relation d’égal à égal

Communication complémentaire

  • La posture haute : celle de l’expert, de celui qui sait et qui dit
  • La posture basse : celle du débutant, de celui qui apprend et qui écoute

Rien de tel qu’une allégorie pour illustrer ce concept

Allégorie librement inspirée de celle de l’Institut Repère: « les trois écureuils».

Des hordes de chevaux mustang cohabitent dans un pays de plateaux et de montagnes volcaniques. En temps normal, ils se déplacent par groupe d’une quinzaine. Ce jour-là, un évènement spécial est certainement sur le point d’avoir lieu ; près d’une centaine galopent à l’unisson! Le spectacle est magnifique : les robes de cette race si agile et vigoureuse brillent sous le soleil de midi. Les crinières flottent au rythme du galop. Le grondement des sabots sur le sol assourdit. La terre en tremble presque.

Sur un arbre perché, trois mouettes font une halte. En admirant le paysage grandiose, elles réalisent immédiatement que si cet immense troupeau de mustangs continue sur sa lancée, il va sombrer dans le précipice qu’il ne voit pas.

D’un commun accord, elles décident d’intervenir pour les sauver d’une mort certaine:

La première s’élance, vole à la rencontre du troupeau, lui crie à tue-tête de s’arrêter. L’inévitable se produit alors: la mouette est happée par la force du déplacement et finit par être piétinée.

La deuxième se dit que les chevaux ne comprennent pas leur langage et tente autre chose. Elle se pose au sol, droit devant eux, agite les ailes pour leur indiquer de bifurquer sur la gauche. Elle subit le même sort que la première.

Mue par l’urgence, la troisième adopte une autre stratégie: elle prend son élan et se faufile au sein du troupeau. Elle vole parmi les mustangs, à leur rythme, dans la même direction. Et, tout en douceur, elle progresse pour se retrouver en tête. À ce moment précis, elle bifurque légèrement vers la gauche: le troupeau la suit et évite ainsi l’hécatombe.

Comment j’ai trouvé le ton juste?

Vous vous en doutez surement : il n’y a pas de bonne ou de mauvaise posture de rédaction. Vous choisissez celle qui répond à votre intention et aussi au besoin de vos lecteurs.

Par exemple, pour écrire cet article de blogue, j’ai utilisé la communication symétrique et la communication complémentaire.

  • Au deuxième paragraphe, c’est la communication complémentaire (position haute).
    Mon intention est de partager mon expertise afin que vous puissiez rédiger avec le ton approprié. C’est mon chapeau d’experte. Si vous faites partie de ma clientèle cible, vous lisez cet article en position basse. Vous voulez savoir, c’est pour ça que vous me suivez sur les réseaux 😊.
  • Plus loin, c’est la communication symétrique.
    Mon intention est de vous inspirer. Je vous pose des questions pour vous accompagner dans votre apprentissage. Un peu comme si je marchais à vos côtés en vous guidant.
Deux points importants : la communication symtrique augmente la différence. La communication complémentaire la diminue

Une fois l’intention (donc le ton) définis, vous disposez d’une ribambelle de mots, de tournures de phrases, etc. La langue française est riche, profitez-en.

La beauté de cette approche est qu’elle est applicable à tous vos écrits (les courriels, les textos, etc.) et à vos communications orales (téléphone, réunion, formations, etc.).

Revenons à nos mouettes…

  • Quel genre de mouette êtes-vous? Dans quel contexte?
  • Et la question ultime: ai-je utilisé le bon ton pour connecter avec vous?
carine_burnot

Je vis et rédige au Québec. Je crois profondément au plein pouvoir des mots. J’adore écrire des articles sur mesure, toujours dans le but de vous permettre de générer des opportunités. Je propose également un guide de rédaction d’articles de blogue de qualité en 4 étapes (sans y passer un temps fou, tout en touchant votre tribu).

Post a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.